New Vic project reaches new milestone

If things go according to McGill’s ambitious plan, the iconic “hospital on the Hill” will serve as the catalyst to propel the University to the forefront of one of the most critical issues of our time – sustainability

 

A rendition of the New Vic’s Atrium. Disclaimer: This is a preliminary design image – subject to project approvalDiamond Schmitt Lemay Michaud Architects

La version française suit.     

Once a world-renowned centre of pioneering medical research and practice, the old Royal Victoria Hospital (RVH) has been standing dormant since the hospital transferred to the Glen Site in April 2015. But, if things go according to McGill’s ambitious plan, the iconic “hospital on the Hill” will serve as the catalyst to propel the University to the forefront of one of the most critical issues of our time – sustainability.

Currently, the entire RVH site, which includes the main hospital building, surrounding pavilions, the Allan Memorial Hospital, and all the grounds, are owned by the McGill University Health Centre. Soon, however, the site will be transferred to the Société québécoise des infrastructures (SQI), a branch of the Quebec government. The SQI is developing a Master Site Plan to oversee the transformation and requalification of the RVH site.

Working in conjunction with the SQI, McGill has developed a dossier d’opportunité (DO), or a feasibility study, outlining McGill’s request to restore, renovate and reimagine the main RVH building as a centre of multidisciplinary education and research. On September 1, McGill submitted the DO to the Quebec government. The DO will be evaluated, with the government’s response expected to come by year’s end.

Balancing functionality, nature, heritage and Indigenous history

If approved, the project will usher in a new era of integrated use, in which the entire University community – and its neighbours – will benefit from a design that would bring people together to learn, live and conduct research, while also acting as a gateway to Mount Royal.

The New Vic will serve as a model for how heritage buildings can be responsibly re-purposed, with new buildings that will feature the most advanced standards of sustainable design and construction. To achieve this, special attention will be paid to the balance between functionality, nature, heritage and recognition of the Indigenous history of the land.

Space race

McGill has long faced challenges when it comes to physical space on its downtown campus. With over 50,000 members of the McGill community – students, staff and faculty – quality space, especially in downtown Montreal, is hard to come by.

In its completed state, the New Vic pavilion represents 51,500 gross square meters. That, combined with the fact that the site is situated in McGill’s backyard, makes it a natural extension of the downtown campus. The New Vic is an integral component of McGill’s Master Plan and part of a larger plan that will lead to a transformational renewal of liberated spaces and the campus as a whole.

But the vision behind the New Vic project extends well beyond the question of square footage.

Sustainability systems and public policy

In 2015, as the RVH was transferring its operations to the new Glen site, McGill struck the Principal’s Task Force on the Academic Vision and Mission of the RVH Site in order to create a plan for the site. Even before it was vacated, the University began to explore the potential of the RVH site.

Following extensive consultations with members of the McGill community in 2015 and 2016, the Task Force formulated six principles with which to guide an RVH project: to foster flexibility and innovation; to support internal collaboration; to nurture external collaboration; to stimulate multidisciplinary research and learning; to promote the use of shared discovery and service hubs; and to build strategic capacity.

From these guiding principles two themes arose – Sustainability Systems and Public Policy. These have become the pillars of the New Vic project. The Public Policy pillar will be anchored by the Max Bell School of Public Policy, while the Sustainability Systems pillar will be composed of Molecular/Materials Systems, Earth Systems, and Urban Systems.

The New Vic will feature spaces for state-of-the-art research, events, quiet and group study, as well as a major classroom hub, an event space, a library branch, and a food venue.

In noting the focus on sustainability and public policy, Bruce Lennox, Dean of the Faculty of Science and the University’s Academic Lead of the New Vic project says “This is truly a transformative project, for McGill, Montreal, and perhaps the World. The COVID-19 pandemic has handed us a very realistic, time-compressed dress rehearsal for climate change in terms of the anticipated levels of disruption worldwide. If we don’t figure out climate change and sustainability, things are going to look a lot like the COVID world in terms of disruption. The New Vic will play a critical role in mapping a path for a sustainable future.”

Benefits beyond the Roddick Gates

A project of this scope will have an impact on McGill and Montreal, especially the University’s immediate neighbours. With this in mind, the University held a series of events in 2017 to encourage the community at large to collaborate on ideas about how to build a mixed space that will best serve the entire community.

A model of urban integration, the completed project will honour the famed 19th Century landscape architect Frederick Law Olmsted and his vision for the mountain as being the “green lungs of the city.” A welcoming site and portal for citizens, it will prioritize public transit and pedestrian access.

As well, the New Vic will boast public pathways to Mount Royal, informal meeting spaces and an event space that can be used by the community.

But the impact of the New Vic will be felt beyond the immediate neighbourhood.

“Sustainability and public policy are critical to the future of Quebec and Canada,” says Lennox. “Montreal is one of the world’s centres for biodiversity and sustainability research. The transformation of the RVH into the New Vic is incredibly important to Montreal to attract local, Quebec, Canadian, and international partners to these themes.”

The three buildings adjacent to the RVH – the Ross, the Women’s and the Hersey pavilions – will remain under the ownership of the SQI. Lennox says that the SQI is developing its own plan for those structures that include finding tenants who would align with the New Vic’s vision.

“To use shopping centre terminology, we’re a dream anchor tenant,” he says. “We have two themes that work both publicly and privately. We’re going to have 900 graduate students working on sustainability and public policy challenges, more than 150 professors, and 3,000 or more undergraduate students each day on the site. It’s a dream for industries like CleanTech or relevant government ministries to be part of that ecosystem.”

Government commitment

Preparing the DO for the government was no small feat. Taking two years to produce, the final submission weighs in at “thousands of pages,” says Yves Beauchamp, Vice Principal (Administration and Finance) and Executive Sponsor of the New Vic Project Office.

“In the DO, we have presented the government with 15 per cent of the project’s design – the big lines of the project,” says Beauchamp. “But we also demonstrated that we have examined several options prior to determining that this one is the best.”

Over the next several months, the Quebec government will evaluate McGill’s DO and, by end of year, is expected to deliver its decision on what level of financial support it will provide.

“Our goal is to have the government partnering with McGill and committing financially to this important and impactful project for Montreal’s research leadership in sustainability,” says Beauchamp.

Down to every pipe, every wire

If the DO is approved by the provincial government, the University’s Board of Governors will be asked to confirm to begin preparing the final dossier d’affaires (DA), or business case. This is the phase when the University and architects will work on the more detailed design.

“In the DA we bring the design up from 15 per cent to 65 per cent. While the government reviews the DA and delivers a decision to proceed with the construction phase or not, the specifications and drawings will be completed,” says Beauchamp.

“That’s the blueprint phase,” says Lennox with a smile. “Every pipe, every wire, every fumehood, everything specified.”

Work on the DA will be carried out from 2021-2022. But there will be activity on the New Vic site during that time, beginning with the decontamination process.

“We will also begin a pilot project to renovate part of the building,” says Beauchamp. “This is an old structure and we don’t know what kind of challenges are hiding behind the walls. This will give us a better understanding of the task ahead, so we can fine tune the budget.”

Transformational project

If the DA is accepted and approved by the government, the ownership of the buildings will be transferred to McGill “and we get the green light to begin construction,” says Beauchamp. “Probably sometime in 2023.”

Beauchamp says the construction will take five years, with the doors of the New Vic scheduled to open in 2028. And while it is a moment he is eagerly anticipating, he is clearly enjoying the process.

“This project is very rewarding because we are helping realize something unique,” he says. “It is probably the most beautiful project in Montreal. Yes, there are lots of wonderful buildings being built, but we’re taking this incredible old castle and hospital and bringing it back to life for an important purpose.

“It’s a wonderful opportunity to transform McGill, Montreal and Quebec.”

For more information, consult the New Vic Project website.

___________________________

Une nouvelle étape de franchie pour le projet du Nouveau Vic

Depuis le transfert de ses activités vers le site Glen, en avril 2015, l’ancien Hôpital Royal Victoria, jadis un centre de soins et de recherche médicale d’avant-garde de renommée mondiale, est désaffecté. Toutefois, si l’ambitieux projet de l’Université McGill se déroule comme prévu, l’emblématique « hôpital à flanc de montagne » servira de catalyseur et fera de l’Université une pionnière sur le front du développement durable, l’un des enjeux les plus importants de notre époque.

À l’heure actuelle, l’ensemble du site de l’Hôpital Royal Victoria, qui comprend l’immeuble principal de l’hôpital, les pavillons avoisinants, l’hôpital Allan Memorial et l’ensemble des terrains, appartient au Centre universitaire de santé McGill. Toutefois, le site sera sous peu transféré à la Société québécoise des infrastructures (SQI), un organisme du gouvernement québécois. La SQI élabore un plan directeur pour le site afin de superviser la transformation et la requalification du site de l’Hôpital Royal Victoria.

En collaboration avec la SQI, l’Université McGill a produit un dossier d’opportunité (DO), ou étude de faisabilité, présentant sa demande de restauration, de rénovation et de remaniement du bâtiment principal de l’ancien Hôpital Royal Victoria en vue d’en faire un centre de recherche et d’enseignement multidisciplinaire. Le 1er septembre, l’Université a déposé le DO auprès du gouvernement du Québec, qui l’évaluera et devrait donner sa réponse d’ici la fin de l’année.

Équilibre entre fonctionnalité, nature, patrimoine et histoire autochtone

S’il est approuvé, le projet inaugurera une nouvelle ère d’utilisation intégrée, dans laquelle l’ensemble de la communauté universitaire – et ses voisins – bénéficiera d’un aménagement qui réunit les gens dans un lieu d’apprentissage, de vie et de recherche, et qui procure également un accès au mont Royal.

Le Nouveau Vic servira de modèle, en cela qu’il donne une nouvelle vocation aux édifices patrimoniaux en agissant de façon responsable et donne lieu à l’édification d’immeubles conformes aux normes les plus élevées de design et de construction durables. Pour ce faire, une attention particulière sera accordée à l’équilibre entre la fonctionnalité, la nature, le patrimoine et la reconnaissance de l’histoire autochtone du territoire.

La course à l’espace

L’Université McGill fait face depuis longtemps à des difficultés d’espace physique sur son campus du centre-ville. La communauté mcgilloise comptant plus de 50 000 membres – étudiants, employés et enseignants – il n’est pas aisé de trouver des locaux de qualité, particulièrement au centre-ville de Montréal, pouvant accueillir cette dernière. Une fois terminé, le pavillon du Nouveau Vic occupera 51 500 mètres carrés bruts. Cette superficie, combinée à l’emplacement du site dans la « cour arrière » de McGill, en fait le prolongement naturel du campus du centre-ville. Le Nouveau Vic fait partie intégrante du Plan directeur de McGill et s’inscrit dans un plan plus vaste ayant pour objectif le renouvellement des espaces libres et du campus dans son ensemble.

Cela dit, la vision qui sous-tend le projet du Nouveau Vic va bien au-delà de la question de la superficie.

Systèmes de développement durable et politiques publiques

En 2015, lorsque l’Hôpital Royal Victoria a transféré ses activités au nouveau site Glen, l’Université McGill a mis sur pied le Groupe de travail de la principale sur l’élaboration d’une vision et d’une mission universitaires pour le site de l’Hôpital Royal Victoria afin d’élaborer un plan pour le site. L’Université a commencé à explorer le potentiel du site de l’Hôpital Royal Victoria avant même qu’il ne soit vacant.

À la suite de vastes consultations menées auprès de membres de la communauté mcgilloise en 2015 et en 2016, le Groupe de travail a énoncé six principes qui orienteront le projet de l’Hôpital Royal Victoria : favoriser la souplesse et l’innovation; soutenir la collaboration à l’interne; entretenir la collaboration à l’externe; stimuler la recherche et l’apprentissage multidisciplinaires; promouvoir l’utilisation de plateformes communes de découvertes et de services; et augmenter les capacités stratégiques.

De ces principes directeurs, deux thèmes ont émergé : les systèmes de développement durable et les politiques publiques. Ils sont devenus les piliers du projet du Nouveau Vic. Le pilier Politiques publiques aura pour point d’ancrage l’École de politiques publiques Max Bell, tandis que le pilier Systèmes de développement durable comprendra les Systèmes moléculaires et matériaux, les Systèmes terrestres et les Systèmes urbains.

Le Nouveau Vic sera formé d’espaces de pointe voués à la recherche, à la tenue d’événements et à l’étude en solitaire ou en groupe, et d’un grand carrefour de salles de classe, d’un espace événementiel, d’une succursale de la bibliothèque et des services de restauration.

À propos de l’accent mis sur le développement durable et les politiques publiques, Bruce Lennox, doyen de la Faculté des sciences et responsable académique de l’Université pour le projet du Nouveau Vic, remarque : « C’est un projet véritablement transformateur pour McGill, Montréal et peut-être le monde entier. La pandémie de COVID-19 est un exercice très réaliste qui nous a permis de voir dans un court laps de temps le niveau de perturbation potentiel des changements climatiques à l’échelle mondiale. Si on ne règle pas la question des changements climatiques et du développement durable, les perturbations ressembleront grandement à celles provoquées par la COVID-19. Le Nouveau Vic jouera un rôle de premier plan dans la recherche d’une voie vers un avenir durable. »

Des avantages, au-delà du portail Roddick

Un projet de cette envergure aura des retombées pour McGill et la ville de Montréal, particulièrement pour les voisins immédiats de l’Université. Dans cette perspective, celle-ci a organisé une série d’événements en 2017 afin d’encourager le grand public à proposer des idées pour la création d’un espace mixte qui répondra avec justesse aux besoins de l’ensemble de la population.

Un modèle d’intégration urbaine, le projet rendra hommage à Frederick Law Olmsted, célèbre architecte-paysagiste du XIXe siècle, pour qui la montagne représentait les « poumons verts de la ville ». Havre accueillant pour les citoyens, le projet priorisera le transport en commun et les piétons.

En outre, le Nouveau Vic comprendra des voies publiques vers le mont Royal, des espaces de rencontre informelle et une aire pour la tenue d’événements pouvant être utilisée par la collectivité.

La portée du Nouveau Vic s’étendra au-delà du voisinage immédiat.

« Le développement durable et les politiques publiques sont essentiels à l’avenir du Québec et du Canada, soutient Bruce Lennox. Montréal est l’un des centres mondiaux de la recherche sur la biodiversité et le développement durable. La transformation de l’Hôpital Royal Victoria en Nouveau Vic est extrêmement importante pour notre ville, qui pourra ainsi intéresser des partenaires locaux, québécois, canadiens et internationaux à ces thèmes. »

Les trois immeubles adjacents à l’Hôpital Royal Victoria – les pavillons Ross, des femmes et Hersey – demeureront la propriété de la SQI. M. Lennox précise que la SQI élabore actuellement son propre plan pour ces structures; elle cherchera notamment des locataires dont les activités cadreront avec la vision du Nouveau Vic.

« Pour utiliser la terminologie des centres commerciaux, nous sommes un magasin phare de rêve, soutient-il. Nous avons deux thèmes qui fonctionnent autant dans la sphère publique que la sphère privée. Nous accueillerons 900 étudiants aux cycles supérieurs qui s’intéresseront aux défis en matière de développement durable et de politiques publiques, et au-delà de 150 professeurs et de 3 000 étudiants au premier cycle présents sur le site chaque jour. Pour certains secteurs, dont celui des technologies propres, et les ministères avec qui ils collaborent, faire partie de cet écosystème est une occasion exceptionnelle. »

Engagement gouvernemental

La préparation du DO pour le gouvernement n’a pas été une mince affaire. Il a fallu deux ans pour produire le document final qui compte « des milliers de pages », indique Yves Beauchamp, vice-principal (administration et finances) et cadre responsable du bureau du projet du Nouveau Vic.

« Dans le DO, nous présentons au gouvernement 15 % du design du projet, soit les grandes lignes, explique-t-il. Mais nous démontrons également que nous avons examiné plusieurs options avant de déterminer que celle-ci est la meilleure. »

Au cours des prochains mois, le gouvernement du Québec évaluera le DO de l’Université McGill et, d’ici la fin de l’année, il devrait faire connaître sa décision quant au niveau d’aide financière qu’il accordera.

« Notre objectif est que le gouvernement s’associe à l’Université McGill et s’engage à soutenir financièrement ce projet important et porteur pour la position de Montréal comme chef de file de la recherche en développement durable », précise le professeur Beauchamp.

Jusque dans les moindres détails

Si le DO est approuvé par le gouvernement provincial, le Conseil des gouverneurs de l’Université s’attellera alors à la préparation du dossier d’affaires (DA) final, ou à l’analyse de rentabilité. C’est durant cette phase que l’Université et les architectes s’attarderont aux détails du design.

« Dans le DA, le niveau d’achèvement du design passe de 15 à 65 %. À cette étape, les spécifications et les dessins sont terminés, et c’est alors que le gouvernement examine le DA et décide s’il ira ou non de l’avant avec la phase de construction », explique M. Beauchamp.

« C’est la phase de planification détaillée, ajoute Bruce Lennox en souriant. Chaque tuyau, chaque câble, chaque hotte, tout doit être spécifié. »

La préparation du DA se fera de 2021 à 2022. Durant cette période, il y aura de l’activité sur le site du Nouveau Vic, à commencer par le processus de décontamination.

« Nous allons également entamer un projet pilote pour rénover une partie de l’immeuble, précise Yves Beauchamp. Il s’agit d’une vieille structure, et nous ne savons pas quel genre de difficultés se cachent dans les murs. Ce projet nous donnera donc une meilleure idée de la tâche qui nous attend, et nous pourrons ainsi adapter le budget en conséquence. »

Si le DA est accepté et approuvé par le gouvernement, la propriété des immeubles sera transférée à l’Université « et nous aurons le feu vert pour commencer la construction, ajoute le vice-principal. Probablement au cours de 2023. »

M. Beauchamp précise que la construction durera cinq ans, et que le Nouveau Vic devrait ouvrir ses portes en 2028. Et bien qu’il attend ce moment avec impatience, il prend visiblement plaisir à participer au processus.

« Ce projet est très gratifiant, parce qu’il nous permet de participer à la réalisation de quelque chose d’unique, dit-il. C’est probablement le plus beau projet à Montréal. Oui, beaucoup d’immeubles superbes sont en construction, mais nous ferons renaître de ses cendres ce château et cet hôpital exceptionnels dans un but important. »

« C’est une occasion formidable de transformer l’Université McGill, Montréal et le Québec. »

Comments on “New Vic project reaches new milestone”

  • Avatar
    Mcgill student

    If the Atrium is anything to go by, this new modern look will turn the interior into a copy of many different structures already in Montreal. The royal Victoria hospital is truly one of mcgills landmarks with a unique design not seen in a lot of the city. One of the draws of campus is the architecture and interior design of buildings like birks, strathcona, and Islamic studies, which evoke a mesmerizing experience every time you walk off the busy streets of Montreal into a snap shot of the past. The buildings interior should be restored and kept as close to the old design as possible. I hope the renovations don’t strip it of its old fashion charm. Would be a shame if it ends up looking like inside of a shopping mall and a part of of Montreal’s history is erased.

Add a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *