McGill parmi les employeurs les plus écoresponsables au Canada en 2019

L’Université saluée pour sa Stratégie de développement durable Vision 2020, son Fonds des projets de durabilité, sa désignation « Campus équitable » et son service de navette intercampus gratuit

Pour la deuxième année consécutive, l’Université McGill figure parmi les employeurs les plus écoresponsables au Canada.

Annoncés le lundi 15 avril, les lauréats 2019 ont été choisis au mérite dans quatre catégories : élaboration de programmes environnementaux uniques; efforts visant la réduction de l’empreinte écologique de l’entreprise; participation des employés aux initiatives de durabilité; et association de ces initiatives à l’image publique de l’employeur. Les employeurs les plus méritants ont été nommés par des responsables de Mediacorp, une entreprise spécialisée dans l’édition de périodiques sur l’emploi.

« Le nombre grandissant de jeunes au sein de leurs effectifs amène les employeurs à prendre conscience de l’importance d’offrir un milieu de travail écoresponsable », souligne Richard Yerema, rédacteur en chef du concours. « Les jeunes employés se demandent à quoi ressemblera le monde dans 20 ans… et ils s’attendent à voir leurs employeurs agir différemment pour un avenir meilleur. »

La durabilité inscrite dans l’ADN de McGill

Au moyen d’initiatives formelles et informelles, les étudiants ainsi que les membres du personnel et du corps enseignant de l’Université œuvrent depuis des décennies à l’établissement et au maintien d’une culture de durabilité à McGill.

« Forte de ses réussites passées, McGill s’efforce de cibler des objectifs de durabilité audacieux à long terme », soutient François Miller, directeur du Bureau de la durabilité de l’Université. « À l’instar de toute initiative d’envergure à McGill, la participation des employés fait partie intégrante de nos réalisations en matière de développement durable. »

« La reconnaissance de notre université parmi les employeurs les plus écoresponsables au pays vient réaffirmer que, de plus en plus, la durabilité est au cœur de l’identité de McGill », poursuit M. Miller.

La rencontre de plus de 2 000 membres de la communauté mcgilloise dans le cadre de l’élaboration et de la mise en œuvre de la Stratégie de développement durable Vision 2020 de McGill illustre bien cette volonté intrinsèque. Leurs voix ont été déterminantes dans l’établissement des objectifs ambitieux, mais néanmoins réalistes de la Stratégie, notamment l’engagement de McGill à devenir une institution carboneutre d’ici 2040 et à atteindre la cote Platine en développement durable STARS d’ici 2030.

De pair avec la culture de durabilité instaurée depuis longtemps sur le campus, les objectifs visés au moyen de la Stratégie influeront sur l’ensemble des activités de McGill, allant des aliments servis à ses salles à manger et des matériaux employés dans ses édifices aux travaux de recherche menés dans ses laboratoires.

Effort de collaboration entre étudiants et membres du personnel et du corps enseignant

L’Université McGill offre actuellement quatre programmes d’études au premier cycle axés sur le développement durable, tel un baccalauréat en sciences commerciales spécialisé en gestion de la durabilité, et plus de 90 programmes d’études aux cycles supérieurs portant principalement sur ce même thème. La durabilité se trouve ainsi enchâssée dans la mission de l’Université, qui est d’enrichir le savoir et d’en favoriser la création et la transmission.

L’initiative systémique sur la durabilité de l’Université McGill (ISDM), haut lieu de la recherche de notre établissement en cette matière, contribue à cette mission en permettant à plus de 140 chercheurs provenant de divers domaines de se consacrer à des travaux interdisciplinaires. Depuis 2017, l’ISDM a versé plus de 1 million de dollars en financement pour la réalisation de travaux de recherche axés sur la durabilité.

Des membres du personnel de l’Université en dehors de la sphère scientifique ont également contribué à valoriser la durabilité sur nos campus. Depuis 2017, plus de 130 activités attestées comme durables ont eu lieu à McGill, 23 bureaux ont reçu la certification sur les milieux de travail durables et 30 autres sont en attente de leur accréditation.

« C’est réjouissant de voir le degré d’engagement du personnel de McGill », se réjouit Shona Watt, agente de durabilité. « Les employés que nous rencontrons au Bureau de la durabilité sont désireux de mettre la main à la pâte et de trouver de nouvelles façons d’intégrer la durabilité à leurs tâches quotidiennes. »

Le plus important du genre au Canada, le Fonds des projets de durabilité offre aux membres du personnel le financement de démarrage qui leur permettra de se dépasser pour mener à bien leur idée visant à accroître la durabilité à McGill. Depuis sa création, en 2010, le Fonds a contribué au soutien de plus de 190 projets totalisant 7 millions de dollars en financement de démarrage.

Pour en savoir davantage sur le concours des employeurs les plus écoresponsables au Canada, cliquer ici.

Add a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *